Aller à la périphérie porter la Joie de Noël

 Durant le temps de Noël les petites sœurs de Varsovie, en Pologne, sont sorties pour rencontrer des personnes sans-abri ou vivant dans la rue. Chacune d’elles raconte ce qu’elles ont vécu et reçu de ces rencontres.

De PS Violeta : Pour l’organisation de ce Message de Noël nous nous sommes laissées guider par le coeur. Nous avons voulu simplement partager la Paix et la Joie, apportées par ce Dieu descendu sur notre terre comme un tout Petit Enfant, pauvre, impuissant... Cet Enfant, plein de confiance, nous tend les mains et par un sourire nous invite à le prendre...

Ps Rysia qui a des contacts réguliers avec des sans-abris nous a ouvert la route. Le dortoir où nous sommes allées les rencontrer se trouve derrière la gare. Pour y parvenir il faut passer par un sentier boueux, sale et broussailleux...  Nous avons apporté une grande pancarte avec une crèche, une étoile, la lampe de l’Avent et le plus important la statue du Petit Jésus posée sur la paille dans un panier.

 

                                                            

      ps Iza: s’est réjouie de cette visite des habitants stables de ce dortoir .
Elle raconte :  « Nous avons été accueillies dans la cantine par une vingtaine personnes de différents âges, dont 2 femmes. Certains marchaient difficilement avec une canne ou des béquilles. Puisque nous n’étions pas nombreux, une ambiance fraternelle s’est établie rapidement. Certains chantaient avec nous les chants populaires de Noël connus par tous. Ils écoutaient attentivement le Power Point du Message de Noël. Nous l’avions préparé avec la Parole de Dieu, des extraits des écrits de ps Magdeleine et de frère Charles et illustré par des photos de différents pays. Quelques-uns parmi eux nous ont partagé leur souvenir d’enfance de Noël. Je regardais leurs visages qui s’illuminaient pendant les chants. Des larmes coulaient.. Ps Rysia circulait parmi eux en leur présentant le Petit Jésus.

Mr W. au visage radieux me racontait que quand il était à l’hôpital il priait pour que les femmes de la salle voisine puissent retourner rapidement chez elles ; à genoux il priait: « Je vous bénis toutes de tout coeur, Que Dieu vous donne la santé». Et elles sont rentrées assez vite à la maison ! Il me disait « Ma soeur quelle est cette foi qui est en l’homme ? » Oui une telle foi est dans cet homme qui habite dans ce dortoir.

PS Ewa Maria a été très frappée par l’histoire de cet homme de 96 ans ; se trouvant un jour à l’hôpital et sa famille ne voulant plus le reprendre à sa sortie, a abouti dans ce dortoir.

Le temps est vite passé et en partant ils nous disaient : « Quand allez- vous revenir encore pour qu’on puisse chanter ensemble ?”

                                                                                                  

  Un autre jour, nous sommes allées dans une Gare intégrée dans une Galerie Commerciale avec Filip un petit frère de Jésus, et 3 amies. Avec les chants accompagnés par la guitare, le pipeau et le tambourin nous sommes allées à la rencontre des passants .Nous leur proposions de tirer dans une corbeille un petit billet avec la Parole de Dieu écrite dessus. Le Petit Jésus était déposé sur un tabouret. Les gens passaient, pressés pour prendre le train ou occupés à leurs affaires et tout à coup certains s’arrêtaient pour regarder, écouter, poser des questions, chanter avec nous.

Petite soeur. Grazyna était étonnée d’y voir tant de clochards hommes et femmes, à cet endroit. C’est un lieu de trafics de tout genre et on y voit beaucoup de souffrance.

Ps Rysia  a remarqué dès le début un monsieur assis en face de nous, avec un bonnet, qui nous regardait de travers . Tout à coup il a retiré son bonnet - dans notre tradition c’est un signe de respect pour Dieu- inclinant la tête quand nous avons commencé une prière d’intercession pour toutes les couches de la société. Ses yeux étaient remplis de larmes. Nous lui avons proposé de prendre dans la corbeille un billet avec la Parole de Dieu. Voici ce qu’il a tiré : « Est-ce qu’une mère peut oublier son enfant ?... Même si elle l’oublie, moi je ne t’oublierais pas, dit le Seigneur ».Il s’exclamait :

- « Ma soeur je suis un mauvaise personne ».

-« Mais cette Parole est adressée à toi aujourd’hui » – je lui ai répondu. « Et à nous aussi même si nous sommes des pécheurs, car la Parole de Dieu s’adresse toujours aux pécheurs ».

Après un moment de silence il a repris : « une autre religieuse m’a dit un jour que Dieu m’aime. Et je me souviens de cela. Et je répète souvent « Dieu m’aime » et maintenant c’est vous qui venez vers moi. "

Monsieur S. a tiré cette Parole « Venez à Moi vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau et je vous soulagerais ». , Debout, appuyé contre le mur, il nous regardait et nous écoutait. Il n’avait pas l’air d’un clochard. Au bout d’un moment il a dit « Ma soeur je n’en peux plus de cette vie dans la rue. Je suis dans le gouffre après mon divorce il y a 3 ans. Mais j’aime toujours ma femme et je ne l’ai jamais trahie. »

Nous avons constaté que ce Message de Noël a apporté une petite lueur de Joie sur la dure existence de ces personnes. Pour nous aussi, le fait que toute notre communauté ait pu y participer a été une grâce. Et nous avons beaucoup reçu à travers toutes ces rencontres.

 

                                             

            

            Etre ensemble un petit moment, se regarder, se parler, chanter et rire ensemble …
         Ce n’est rien mais c’est beaucoup.

 

mots-cles: 

 
 
 

Contacts